retour à toutes les actualités
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Coop’Lib, une initiative citoyenne made in Hauts-de-France

Mis en œuvre par l’association l’Arrosoir02, Coop’Lib est un projet ayant pour objectif : le déploiement des épiceries libres (ou épiceries coopératives autogérées) en région Hauts-de-France. Cette initiative citoyenne louable, saluée par la Région, est également soutenue par rev3, la dynamique de transition des Hauts-de-France pour une région plus durable et plus solidaire.

Coop’Lib, un projet des citoyens, pour les citoyens

Si Coop’Lib a pour but d’implanter des épiceries coopératives autogérées au sein de tout le territoire régional, cette expérimentation a aujourd’hui lieu dans sept communes des Hauts-de-France : Villers-Cotterêts, Laon, Compiègne, Soissons, Tartiers, Beauvais et Amiens.

Basé sur des principes de liberté, d’égalité politique, de laïcité et de confiance, ce projet témoigne de sa capacité à réunir des individus de différents horizons, et à les engager autour d’une expérience citoyenne et solidaire centrée sur l’essor d’une alimentation locale et durable.

Mais concrètement, une épicerie libre, qu’est-ce que c’est ?

Comme l’évoque l’association sur son site web cooplib.fr, une épicerie libre, "c’est avant tout un lieu d’échange". En effet, en se rendant dans une épicerie libre, on ne vient pas juste faire ses courses. L’épicerie libre est un moyen de s’autogérer et de prendre en main sa consommation. "C’est un lieu pour faire et vivre des choses ensemble  ; pour se retrouver, se connaitre et se reconnaitre localement  ; pour s’approprier un bien commun avec peu d’effort  ; pour faire de l’éducation populaire en utilisant la consommation du quotidien comme support." explique le groupe sur son site web.

Les principales caractéristiques de l’épicerie libre sont alors d’être libéré :

  • de la dette ;
  • du salariat/patronat ;
  • de la publicité ;
  • du profit lucratif ;
  • de la technologie ;
  • du contrôle et de la surveillance ;
  • etc.

L’épicerie libre en chiffres : 

  • 15 : nombre d’épiceries mises en œuvre par Coop’Lib ;
  • 20 : nombre d’épiceries libres sur le territoire national ;
  • 140 : nombre moyen de coopérateurs ;
  • 60 000 € : montant moyen par épicerie retiré de la distribution lucrative ;
  • 1 à 100 : nombre de foyers touchés (en moyenne) par ce type d’épiceries.

Comment autogérer une épicerie coopérative ?

Toujours d’après l’association, l’autogestion, c’est "prendre en charge totalement, progressivement ou brusquement, les ateliers, les usines, les champs, les circuits de consommation, les transports, la culture, les loisirs, etc."

Dans le cadre de l’épicerie libre, cela passe alors par quatre grands axes :

  • La suppression de la distinction entre les "dirigeants" et les "dirigés" : tous les membres sont au même seuil d’égalité ;
  • La transparence et la légitimité des décisions ;
  • La non-appropriation des richesses produites par la collectivité : on ne produit pas de marges, on ne verse ni salaires, ni dividendes... ;
  • L’affirmation de l’aptitude des humaines à s’organiser sans dirigeant.

Les bienfaits de l’épicerie libre

Les épiceries libres et coopératives ont de nombreux avantages pour la société, raison pour laquelle leur déploiement sur notre territoire est si important pour la Région Hauts-de-France :

Elle permet en effet :

  • de rendre disponible et accessible des produits sains et de qualité (notamment bios et/ou locaux et/ou en vrac) ;
  • l’éducation populaire permanente des membres aux enjeux de santé, de qualité, de goût, de provenance, etc. ;
  • de proposer une gestion épurée, efficace, valorisante ;
  • de "faire collectif" et renouer du lien social basé sur la confiance, la tolérance et l’entraide ;
  • de fédérer plusieurs réseaux locaux qui ne se parlent pas ou peu ;
  • de déclencher l’émergence d’initiatives locales.

Cet article Coop’Lib, une initiative citoyenne made in Hauts-de-France est apparu en premier sur Région Hauts-de-France.